Babe, Petit Fantôme et François And The Atlas Mountains émerveillent le Bataclan

BABE nous envoie dans l’espace

Babe

© Mickaël BURLOT

Babe avait la lourde responsabilité de se produire en première du groupe François And the Atlas Mountains. Ils l’ont fait avec brio.

D’un univers à l’autre, ce jeune groupe à la capacité de transporter parmi des influences diverses. Et notamment de l’africo beats, inspirée par Amaury le percu’, fan des musiques africaines et de world music. Ajoutez y une cuillère de pop, Folk et classique, provenant des influences du chanteur écossais Gérard Black. Vous obtiendrez ainsi Babe, soit des amis qui s’inspirent des goûts de chacun pour composer leur histoire musicale, qui malgré une multitude d’influences, est finalement d’une cohérence surprenante. Ce qui marque avant tout, c’est la voix Angélique du chanteur.

L’idée du groupe n’est pas de proposer des morceaux trop proches et redondants, mais bien de faire voyager le spectateur. Un coup, tonique et enjoué, puis, mélancolique et mystérieuse, leur pop passe d’une émotion à l’autre avec une facilité déconcertante.

Notre grande surprise fut les interludes entre les concerts. En effet, oubliez ce moment où l’on va chercher sa bière et fumer sa clope. A peine le rideau fermé, François apparaît par un coup de projecteur avec son piano (ombre) à gauche de la salle. Les regards se tournent vers lui. Il commence à chanter sa culte « La Fille aux cheveux de soie ». Un instant plus tard, Gérard Black le rejoint et pianote avec lui. François lui laisse sa place et laisse le chanteur de Babe chanter sa balade au piano. Un moment remplie de poésie et de complicité qui résume bien l’ambiance de ce concert.

Petit Fantôme ressuscite le rock Français

© Mickaël BURLOT

© Mickaël BURLOT

Pour certains, le rock en français se résument à BB Brune… Ce serait oublier Petit Fantôme. Ce groupe plein de pep’s qui fait revivre le rock et va jusqu’à le nourrir avec des instruments peu habituels, comme la trompette.

Petit Fantôme c’est avant tout un batteur qui déborde d’énergie. Mais c’est aussi la voix fragile et fluette du chanteur. Comme pour le premier groupe, l’ambiance est très amicale sur scène. Les blagues entre deux morceaux permettent une ambiance bon enfant, à l’image des paroles des différents titres.

Punchy, tel est le mot qui définit le mieux la chanson « dans le vent« , très attendue par le public. Ce morceau tubesque permis un lâcher prise totale de la salle. L’énergie débordante des membres du groupe y contribue.

Le synthé du band donne tantôt une impression d’un slow 70’s, tantôt apporte une touche électronique à ce groupe de pop-rock pure souche. Heureusement les phases de bonnes grosses guitares électriques contrebalancent parfaitement entre les différentes influences du groupe.

François And The Atlas Mountains

©Mickaël BURLOT

©Mickaël BURLOT

Après le deuxième interlude, tout le monde ou presque se retrouve sur scène. Dès la première note, premier constat : entre l’album et le live, un vide abyssal les sépare. Quelle puissance, quelle prestance ! Notre grande surprise était l’engouement et le plaisir qu’avait le groupe de jouer. On avait l’impression d’assister à leur tout premier concert.

Parfois, des sons électro s’incrustent dans la musique et ce n’est pas pour nous déplaire. Pour le morceau que l’on croyait le dernier, François et ses acolytes nous font voyager avec de la musique orientale.

C’est en voyant ces trois groupes réunis que l’on comprend que ce trio est en fait un grand puzzle. De nombreuses touches différentes mais aussi des ressemblances. Chacun inspire l’autre et vice et versa.

C’était convenu entre eux, 2014 était l’année de François And The Atlas Mountains. 2015 sera celle de Babe.

Mickaël BURLOT

5 réponses à “Babe, Petit Fantôme et François And The Atlas Mountains émerveillent le Bataclan

  1. Pingback: Rone a fait naître ses plus belles CREATURES | WEMUSICMUSIC·

  2. Pingback: WEPLAYLIST #13 | WEMUSICMUSIC·

  3. Pingback: WEPLAYLIST #20 | WEMUSICMUSIC·

  4. Pingback: Les Siestes Electroniques : « Festival hédoniste de musiques aventureuses pour public curieux  | «WEMUSICMUSIC·

  5. Pingback: Le Coconut Music Festival : « Une programmation élégante et innovante  | «·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s