Interview – Joachim Pastor : « j’aimerais bien être le premier à jouer sur la lune »

Joachim Pastor vient de sortir deux nouveaux titres « Reykjavik » et « Oulan Bator », on avait eu la chance de le rencontrer il y a peu et de discuter avec lui de sa vie, ses inspirations, du Hungry Tour et de bien d’autres choses.

Joachim Pastor WemusicmusicOn va commencer gentiment, comment tu as mis les pieds dans la musique électronique ? Comment tu en es arrivé là ?

J’ai commencé la musique quand j’étais petit, et j’ai fait plus de 10 ans de conservatoire. Pour essayer de faire court, j’étais en groupe au conservatoire et j’ai eu vite l’envie de m’enregistrer quand j’avais 13, 14 ans, de faire ma musique et le truc c’est que la musique électronique c’est bien, ça donne une totale liberté par ce que tu n’es pas obligé de chercher un groupe, tu fais ça tout seul et tu fais à peu près ce que tu veux.

Tu as fait des études d’ingénieur, est-ce que ça t’aide dans ta composition musicale aujourd’hui ?

Je pense que oui, ça m’aide au niveau de la méthode, quand tu es ingénieur on t’apprend surtout une méthode de réflexion et d’analyse, on te donne un problème et tu essayes de te démerder pour le résoudre et je pense que ça m’a donné un côté assez carré, je pense que ça m’aide dans mon organisation.

Quand on s’appelle Joachim Pastor, comment est-ce qu’on compose une musique?

Il y a plein d’inspirations différentes, je m’inspire de tout, c’est un peu comme le sketch de Bigard.. Parfois, je n’avais pas d’inspiration, ça me déprimait et je restais bloqué pendant des mois sans rien réussir, c’était assez déprimant et un jour j’ai compris que le seul moyen d’avoir de l’inspiration c’est de bosser mais jusqu’à la mort, du coup je vais me forcer à faire du son à fond pendant plusieurs jours et au bout d’un moment il y’a quelque chose qui va sortir. Maintenant j’ai l’impression que plus je travaille, plus j’ai d’inspiration.

Autre chose, moi qui aime produire toute sorte de musique, pas seulement de la musique électronique j’aime aussi le jazz, le métal… Et là par exemple je produis de la musique pop pour des artistes, du rap aussi et c’est quelque chose d’hyper enrichissant et moi j’adore ça. Vu que ça me permet de travailler avec d’autres artistes et de produire une musique différente, ça me permet de garder la fraicheur pour la musique électronique. Car je m’inspire de tout pour faire ma musique. Et après je joue ce que j’aime sans essayer de mettre ce que je fais dans une case, sans me dire « ça va plaire à ce type de public ou un autre », je le fais pour moi et après ça plait, ou pas d’ailleurs.

Concernant Hungry Music, vous faites votre Hungry Tour en ce moment, est ce que tu t’attendais à un tel engouement ?

Franchement, on espérait que ça marche bien mais là on fait que des dates sold out, c’est assez fou ! Il y a un vrai engouement du public, on ramène des instruments tout ça et le public est vraiment réceptif !

Avec N’to et Worakls vous avez crée le label Hungry Music, est-ce que c’était une manière pour vous de vous retrouver dans quelque chose qui vous correspondait vraiment ?

C’est exactement ça, ça faisait longtemps qu’on voulait une plate-forme sur laquelle on peut sortir notre musique indépendamment, sans se dire « Est-ce que ça va plaire au label? », « Est-ce qu’il ne va pas falloir faire des concessions sur certaines choses? ». Là on a notre truc, on fait ce qu’on veut, on sort la musique qui nous plait et j’ai l’impression que plus on fait de la musique qui nous plait, plus ça marche, il y a plus de feeling avec le public ! On fait la musique qu’on aime et franchement, ça nous dépasse !

Wemusicmusic Joachim Pastor

On a vu que tu jouais de la cornemuse, est-ce que tu vas nous la sortir dans un de tes morceaux prochainement ?

Ha j’ai toujours voulu en faire, c’est hyper dur à jouer. On va dire que je m’entraîne, mais en appartement c’est dur par ce que ça fait un bruit fou! Mais là j’ai un album qui est au four et qui est vraiment bien avancé avec un concept un peu spécial et il y a une espèce de tournée qui va aller avec ça et franchement dans cette tournée ce serait génial d’amener la cornemuse et d’en jouer, il y aurait même pas besoin de micro, c’est tellement fort ce truc !

Est ce que tu as un club en particulier où tu adores jouer ?

Il y a plein d’endroits où j’adore jouer mais ça dépend, tu sais parfois tu vas jouer dans un club génialissime mais c’est vraiment le public qui va faire la soirée. Après c’est vrai qu’il y a des endroits où il y a un son de ouf, j’ai par exemple un bon souvenir du Zig Zag à Paris par ce que le son est top, comme au Rex Club aussi. Déjà quand tu sais qu’il va y avoir du gros son, du monde, ça te met de bonne humeur et tu es content mais vraiment ça dépend du public.

Pour finir, si tu devais jouer dans un endroit insolite ou un endroit rêvé ou est ce que ce serait ?

Sur la Lune, j’aimerais bien être le premier à jouer sur la lune.

3 réponses à “Interview – Joachim Pastor : « j’aimerais bien être le premier à jouer sur la lune »

  1. Pingback: Les festivals électroniques européens à ne pas manquer cet été | WEMUSICMUSIC·

  2. Pingback: WEPLAYLIST #21 | WEMUSICMUSIC·

  3. Pingback: Solidays 2015 : retour sur 3 jours de fête réussis ! | WEMUSICMUSIC·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s