INTERVIEW : Du funky et du groovy avec Wild Monkey

Vous ne connaissez peut-être pas encore Wild Monkey mais ce garçon-là a de la ressource. Capable de vous faire danser non-stop avec une caisse de vinyles soigneusement choisis, on a voulu en savoir plus sur ce primate noctambule ! 

RECTO1 melissandrepyot.com

Peux-tu te présenter en quelques mots pour nos chers lecteurs ?

Je fais de la musique depuis que j’ai 6 ans. J’ai fait de la trompette, un peu de guitare, du piano et je joue toujours de la batterie quand je peux ! Quand je suis arrivé à Paris il y a 4 ans, je n’ai pas pu emmener ma batterie. Je me suis alors orienté vers des logiciels de production comme Ableton ou Logic. J’ai maintenant un home-studio chez moi, du coup je peux continuer à jouer !

Et pourquoi ce pseudo « Wild Monkey » ?

Pourquoi Wild Monkey ? Haha parce que je mange tout le temps des bananes ! Et puis WM ça donne mes initiales, tout simplement !

Lorsqu’on écoute tes tracks sur soundcloud, on découvre des inspirations assez variées. « Dimanche » est très empreint de jazz music alors que « Shellfish » est de l’electrodeep et « Oslo » de la techno minimal. Quelles sont tes références ?

« Shellfish » et « Oslo » sont des morceaux que j’ai composés quand j’ai commencé à tâter les logiciels de musique. Il y a 4 ans, j’entendais de la minimal un peu partout quand je sortais faire la fête. Du coup, ça m’a inspiré. En référence, je vous dirais Moomin de Smallville, c’est tellement relaxant à écouter. Pour Dimanche c’est parti d’un sample d’un morceau de Santana. J’ai ensuite ajouté une rythmique hip-hop. À ce moment là, je faisais pas mal de Couchsurfing et grâce à ça, j’ai rencontré un chanteur de Jazz (Sheldon) venant de Boston. Je lui ai fait écouter le morceau. Je lui ai tendu un micro et un casque et il m’a sorti une improvisation scat de malade ! J’espère le revoir un jour pour refaire un dimanche après-midi comme ça, c’était magique !

Une particularité frappante quand on t’a vu au Panic Room et au Social Club pour la soirée KNUCKS, c’est évidemment que tu mixes sur vinyles ! Pourquoi ce choix ?

J’aime le côté physique du mixage sur platine vinyle. C’est ce qui s’apparente le plus à un instrument, il faut bien s’entraîner à manier la platine et avoir une bonne oreille si tu veux réussir une transition et c’est ce qu’il me plaît ! Et puis c’est sympa d’avoir une collection d’albums/EP illustrée que tu peux montrer à tes potes quand ils veulent savoir quel morceau passe !

Tu es souvent en Back to Back avec Alphé. Mixer en duo te permet-il de mieux préparer le prochain son, palper le pouls du public ? D’avoir aussi des meilleurs sensations aux platines ?

À deux, on a plus de choix de vinyls donc plus de possibilités, oui. On peut avoir des goûts différents mais on trouve toujours une entente. C’est pas évident de trouver quelqu’un avec qui jouer. Avec Étienne (Alphé), il y a toujours de bonnes vibes !

On a écouté le mix que tu as passé au LAB Festival le 1er mai dernier et pour nous c’est clair, tu vas gagner ! As-tu improvisé ton set comme tu aimes souvent le faire ou il a été travaillé au préalable ?

Haha merci ! J’ai improvisé comme à chaque fois ! Je connais tous mes morceaux donc je sais, à peu près, ce qui va ensemble et ce qui ne colle pas. Je pense que le défi me stimule.

Parlons du futur. As-tu des projets à venir ? Un EP en gestation ?

Je travaille sur un projet live orienté House sur Ableton, synthé modulaire et rythmiques deep seront au menu ! Sinon je travaille sur mon EP «Jungle Grooves» qui sera funky et dansant à souhait. Dès que je le sors, je préviens WEMUSICMUSIC !

Pour ceux qui voudraient venir t’écouter, ça se passe où et quand ?

Ce sera le samedi 13 juin au Pigallion, venez ça va bouger !

Y’a-t-il un festival ou une salle où tu aimerais mixer un jour ?

J’adorerais jouer au Djoon pour la disco et la funk, au Rex pour balancer de la grosse House bien crade !

Tu le sais, on est toujours à la recherche de fraîcheur musicale ! Un coup de cœur du moment à nous faire partager ?

Oh que oui ! Le dernier EP de Detroit Swindle « The Punch Drunk » sorti il y a trois mois. Ecoutez « Alright », vous allez vous mettre à danser comme des fous !

credit artwork : http://melissandrepyot.com/graphisme.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s