Hyacinthe : « Des Faux Hispters et des Grosses B***S »

Dans la mythologie Grecque, Hyacinthe est un beau jeune homme, dont Apollon et Zéphyr se disputent la faveur. Ici, nul Dieu Grecque, quant à la beauté du personnage… Nous vous laisserons en juger !

photo : @datchroauto

photo : @datchroauto

A l’heure ou le rap Français se fait de plus en plus policé, il est encore possible de trouver des Ovnis naviguant en eaux troubles, Hyacinthe en fait clairement partie !

Ce jeune rappeur a su créer un univers cru et vulgaire, non dénué d’une touche de sensibilité. Nous ne nous attarderons pas sur la violence des paroles de chacune de ses productions, qui pourraient reléguer certains rappeurs français au simple rang d’enfants malpolis.

Nous avons été étonnés par les dernières productions clipesques de l’artiste, « Est-ce que ces putes m’aiment ? », « Sur la route de l’Amour/Retour aux pyramides » ou encore « Ankylosaure », à travers lesquelles nous voyons naître tout un univers visuel habituellement étranger au rap. Univers qui donne une certaine épaisseur à un jeune artiste dont on ne savait pas encore où il semblait aller !

Les collaborations de Hyacinthe avec le rappeur L.O.A.S, il y a une année de cela, révèlent une véritable complémentarité entre les deux artistes, avec comme résultat une sorte de course à la noirceur dont nous vous recommandons l’écoute.

Accusé et assumant, de faire « du rap blanc », parce qu’utilisant des sonorités et des visuels que « le rap de cité » n’utilise que rarement, Hyacinthe évolue d’ailleurs dans un collectif dont le blase est : « Des faux hipsters et des grosses bites » dont vous entendrez l’acronyme dans les chansons, DFHDGB.

Le terme de rap blanc laisse songeur tant il semble imposer encore une fois des barrières et des cloisonnements dans un monde, à savoir la musique, qui par essence ne devrait pas en connaître, mais laissons puisque l’artiste assume pleinement de porter cette casquette, qui somme toute semble lui convenir.

Cela dit, il ne faut pas que l’arbre cache la foret et Hyacinthe, derrière un personnage trouble, cache aussi sa jeunesse, parfois son manque de technique, mais la technique pour la technique n’a pas plus de sens ! D’autant plus à l’heure ou le rap Français semble vouloir boxer dans la même catégorie que le rap US, tendant à une uniformisation de ce que l’on entend, du moins lorsque l’on écoute les grosses productions de l’année. Ce qui, pour autant, nous le précisons, ne signifie pas qu’il n’y aient pas d’excellentes productions émanant de cette course à l’américanisation.

Tout ça pour conclure que nous aimons l’univers de Hyacinthe, la rage au ventre qui émane de ses sons, le rendu visuel qui ressort de ses clips, sa capacité à poser sur des beats qui différent de ce que l’on a l’habitude d’entendre, sa collaboration avec L.O.A.S.

Nous avons ouvert sur une touche d’ironie, vous laissant seul juge de la beauté de l’artiste, avec un peu moins d’ironie nous vous laissons seul juge de la qualité de son rap !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s