Interview avec Jules et Loïc du groupe Isaac Delusion !

Après la prestation très enflammée et transpirante d’Isaac Delusion sur la scène du stade Sesostris au Clap Ferret Festival, on les a retrouvés en after whiksy-coca et gros canap’ en cuir bien moelleux. Et attention, scoop : des nouveaux membres devraient intégrer le groupe très bientôt ! Retour sur ce moment de franche causerie avec Jules et Loïc.
day23456

credit photo Charlotte Morot

Est-ce que vous pouvez vous présenter en quelques mots, toujours pour nos quelques lecteurs incultes qui ne vous connaitraient pas encore ?

Nous sommes le groupe Isaac Delusion, composé de Loïc, Nicolas, Bastien et moi-même Jules. On est un jeune groupe de musique électro-pop, originaire de Paris. On a d’abord commencé à deux, Loïc et moi. On était potes au collègue et on faisait de la musique chacun dans notre coin. Puis un jour, on a décidé de faire de la musique ensemble et ça a fait des chocapic !

Vous aviez les mêmes influences ?

Pas du tout. Loïc avait un groupe de folk-rock par exemple. Je ne vais pas parler d’influences précises mais on a tous dans le groupe des influences différentes. Y’a beaucoup de choses sur lesquelles on se rejoint aussi. On le dit souvent, c’est un peu ce qui fait une des forces du groupe ! On mélange plein de trucs et ça donne plus d’originalité.

Y’a certains journaux qui qualifient votre musique de « dream pop », d’autres de « pop en apesanteur ». Mais vous, vous la qualifieriez comment votre musique ? 

On n’aime pas trop le concept de « dream pop », ça fait un peu mielleux. On fait plein de choses qui ne sont pas du tout de la dream pop. « Dream pop » ça vient des morceaux qui sont sortis du lot, genre Early morning ou She Pretends. En effet, c’est plus posé, plus calme, plus rêveur. Mais on fait plein d’autres choses et notre ambition, ce n’est pas du tout de faire de la dream pop. Des membres se sont ajoutés au groupe et ça apporte d’autres choses. Au début, on a commencé super basiquement, on était pas trop sûr de nous. On faisait des trucs très minimalistes. Aujourd’hui, on a tendance à plus produire, plus arranger les sons. « Dream pop » c’est légèrement réducteur.

Maintenant, votre musique a pris une dimension plus live, beaucoup plus énergique ?  

Oui, on a vachement bossé le live. C’est clairement une des facettes les plus intéressantes de la musique. Quand on sort un album, on ne sait pas ce que les gens ressentent lorsqu’ils l’écoutent. C’est vraiment plus plaisant, subjectivement pour nous, de voir les gens directement kiffer ou pas, de se rendre compte. Le fait de faire plein de lives, de répéter beaucoup, ça nous a permis de calibrer un peu les choses et d’essayer de faire un truc sur mesure pour le live. On avait vraiment envie de cela.

Vous allez vous orienter vers quoi dans l’avenir ? 

On n’en a aucune idée pour l’instant. On a commencé à se remettre en studio. On compose, on a des morceaux. On va sûrement faire quelque chose de très différent mais on ne sait pas trop où on va aller. Bon Loïc ne chantera pas normalement, il va être remplacé par Mireille Mathieu. Il fera de l’accordéon sur le 2ème album. Et on va mettre Patrick Séb et Mimie Mathy avec un vocoder au milieu (rires). Plus sérieusement, malgré tous les points d’interrogations qu’on peut avoir, une chose est sûre : Loïc va continuer à chanter ! À part s’il se casse la glotte ! Parce que sinon, je pense qu’on pourrait pas continuer.

Sur cette première tournée, est-ce que vous avez un souvenir très fort, une date particulière de tournée ?

Les Vieilles Charrues et l’Olympia même si les deux étaient très différents. L’Olympia, c’est vraiment un endroit mythique, fallait pas se planter car c’était notre public. Les Vieilles Charrues, on s’est retrouvé devant 40 000 personnes, pas forcément des gens fans de notre musique. Y’avait un vrai défi et on a tout envoyé. Ce sont des excités les bretons ! Fallait pas jouer les timides !

Une question que vous auriez aimé qu’on vous pose ? 

On vient d’aller à Moscou. Et ça va peut-être vous surprendre mais j’aurais aimé que vous nous demandiez « Qu’est-ce que vous voudriez voir à Moscou ? ». Car quand on était là-bas, une rumeur circulait comme quoi le pénis de Raspoutine était conservé dans du formol sous le Kremlin. On ne sait pas si c’est vrai mais on aurait adoré voir ça !

Histoire d’étoffer notre répertoire, est-ce que vous avez un coup de coeur du moment à nous faire partager ?

Je citerai LA Priest et Jai Paul. Jai Paul car je ne sais pas qui est ce mec, j’ai rien trouvé sur lui. Le mec a sorti trois tracks mortelles avec notamment Jasmine. Mais impossible de connaître son identité. Le mec a eu du succès et est retombé juste après dans l’anonymat. Et c’est ce mystère qui m’intrigue ! Ensuite LA Priest, c’est de la dance pop, c’est vraiment bon.

Coupez ! Merci Jules et Loïc pour cette interview ! On se voit pour votre 2ème album !

5 réponses à “Interview avec Jules et Loïc du groupe Isaac Delusion !

  1. Pingback: Les rendez-vous à ne pas manquer en octobre ! |·

  2. Pingback: 4 bonnes raisons qui vont te faire aller au MAMA Festival 2015 |·

  3. Pingback: 4 bonnes raisons d’aller au MAMA Festival 2015 |·

  4. Pingback: Les rendez-vous à ne pas manquer en mars ! |·

  5. Pingback: Concours : Paris La Nuit invite Gus (ALT J), Isaac Delusion, Scratch Massive et Qosmonaut au Showcase le 12.03 ! |·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s