WATCH THE SONG #2 : Welcome to the space with Primavera Sound

Depuis une dizaine d’années, les festivals sont devenus des lieux de diffusions déterminants pour l’industrie musicale. Et pour cause, les labels et les artistes se sont progressivement réfugiés dans le live afin de faire face à la chute brutale des ventes d’albums. Les festivals doivent redoubler d’imagination pour attirer le public.

primavera-sound-mejor-festival-2013-hablatumusica.jpg

Le festival Primavera Sound, à Barcelone.


Comme à chaque édition, l’annonce des premiers noms d’une programmation est un moment crucial pour les festivals, car c’est à ce moment qu’il s’agit de vendre du rêve… Bien que le fond prenne souvent le pas sur la forme, et c’est bien normal, les équipes de communication n’hésitent pas redoubler d’ingéniosité pour séduire le festivalier que vous êtes. Et ça, le festival Primavera Sound l’a bien compris.

Pour sa seizième édition, le festival barcelonais a voulu faire les choses en grand, comme toujours. Outre un line-up varié et de grande qualité, c’est la manière de l’annoncer qui retient l’attention. Car cela n’est pas une simple énumération d’une liste d’artistes. Non ici on raconte une histoire, on dissimule le line-up à l’intérieur d’un court-métrage animé fascinant.

Le décor est ainsi planté, les plans s’enchaînent avec un morphing soigné, les noms des artistes se dissimulent uns à uns à travers le monologue d’un narrateur à la voix captivante. Malgré tout, il faut quand même avouer que sans le morceau Vortex de John Carpenter, cette vidéo n’aurait pas eu la même saveur.

Mais le Primavera Sound n’en est pas à son premier coup d’essai. Depuis 2013, l’agence Snoop Barcelona et le studio d’illustration DEVICE s’occupent de la campagne visuelle du festival, avec comme seule et unique contrainte d’annoncer le line-up de manière originale à travers une vidéo.

Au bout de trois années de collaboration, le duo a réussi à surpasser le défi chaque année grâce à une dose de créativité surprenante : après avoir mis en images l’univers visuel de chaque groupe à travers un motion design, les avoir incrustés subtilement dans un court-métrage diffusé dans les salles obscures, ils ont fini par les dissimuler dans un véritable jeu vidéo.

Bien que le cas du Primavera Sound ne fait pas figure d’exception, ce procédé témoigne la tendance des festivals à de plus en plus éditorialiser leur contenu afin d’aller au-delà de la programmation et de fédérer son public autour d’une histoire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s