Retour en images sur les clips qui ont marqué 2018 !

Les fêtes sont terminées et t’es reparti avec des doggy bag d’huîtres et de foie gras ? Tu vas pouvoir finir devant ton écran parce qu’on t’a sélectionné les meilleures bouteilles du cru 2018. Pas moins de 70 clips ont été passés en revue et on en a gardé 7 (et pourquoi pas). De la pop, du RnB, de la techno, de l’electronica. Tous les goûts sont dans la nature et dans cet article ! On te laisse savourer.

Madben & Rebeka Warrior & Manu le Malin – Grief, dance to death

Une véritable bombe lachée en juin dernier. Plongés dans un monde post-apocalyptique, on suit ce soldat au passé inconnu qui erre sur des plages et des villes abandonnées. Il semblerait que la technologie ait pris le dessus, dans ce qu’elle a de pire pour l’homme. “Grief, Dance To Death” est un message d’avertissement pour nos sociétés dont les armes sont de plus en plus accessibles et puissantes. Comme un épisode de Black Mirror. Vous retrouvez Grief, Dance to Death dans l’album Fréquence(s) publié chez Astropolis. Madben est ici rejoint par Rebeka Warrior de Sexy Sushi et par le producteur qu’on ne présente plus, Manu Le Malin, pour un morceau mêlant techno et hardcore : jouissif et dérangeant.

Ateph Elidja – Burn October

Le mois d’octobre a vu éclore cet ovni. Le marocain Ateph Elidja, ex-membre de l’ancienne écurie Bromance, a délivré un véritable missile à travers un clip taillé en court-métrage qui a été primé au dernier festival de Cannes, Burn October. On y découvre un homme aux cheveux longs, le visage vallonné de rides, regrettant son fils disparu. Les faits se déroulent en Amérique du sud et les images sont bouleversantes. La musique résonne comme la folie qui s’empare de ce père à la recherche de son deuil. Cinq minutes d’apnée, la joue rouge tellement la claque est forte.

Myd (feat Cola Boyy) – Muchas

De la grosse marrade dans les règles de l’art. Et dont on ne se lasse pas ! Myd est élu employé du mois et tous ses collègues en uniforme ont un malin plaisir à lui faire payer son fayotage lors d’un weekend team building ! Du génie. Avec la voix du crooner disco Cola Boyy, l’air est resté longtemps en coloc avec notre cerveau.

Enchantée Julia feat. Prince Waly — 45 TOURS

En un mot : génial. En plusieurs mots, on adore la copie rétro du clip qui nous rappelle les années 90, sans tombé dans le cliché ! On se croirait en Californie mais nous sommes en fait à Marseille ! Enchantée Julia et Prince Waly sont parfaits en Bonnie & Clyde à la française. Un titre à découvrir et redécouvrir tellement il dégage du positif. Prince Waly a annoncé un EP de 9 morceaux pour janvier, intitulé BO Y Z ! On a hâte.

Thylacine – The Road

On connait l’exigence de Thylacine pour la photographie de ses clips. Il aime pousser toujours plus loin les limites de la réalisation. The Road est le premier morceau de son nouvel album composé intégralement dans son studio roulant. Derrière le volant, les paysages défilent au gré des caprices météorologiques. Forêts, canyons, montagnes, déserts, villages : on y découvre l’incroyable richesse des terres argentines. La musique colle parfaitement à notre progression sur le bitume. On est saisi pendant toute la durée du voyage jusqu’à prendre par surprise ce magnifique couple de lamas en pleins ébats amoureux.

Fantomes – Back with the Sun

Un peu de rock ça fait pas de mal ! Pan European Recording nous a fait connaitre Fantomes en mai dernier à travers un clip très solaire et tout en pâte à modeler. On salue le travail de fourmi de Lou Beauchard. Le clip raconte l’insurrection d’une part de pizza, d’un maki, d’un burger et d’une canette, aux yeux injectés de sang, qui se révoltent contre un paquet de cigarettes et ses mégots. La fine équipe décide de se venger en allant au parc mais va vite déchanter…au point de nous provoquer un joli rictus !

Rone – Origami

Si vous n’avez toujours pas écouté son album Mirapolis (petit nom d’un ancien parc d’attraction de Cergy fermé en 1991, pour la petite histoire), on ne peut rien faire pour vous ! Son album est une véritable « exploration multivers ». Dans le clip d’Origami, Rone nous fait décoller à part à bord d’une navette à l’ossature pyramidale pour une mission unique. La commandante de bord active un appareil étrange qui lâche des particules faisant réagir toute la matière de cette planète. Des formes et des couleurs prennent subitement la vie, dans un tourbillon qui rappelle les toiles de Miró ou Kandinsky. Rone est un créateur hors-nome qu’il faut absolument voir à l’œuvre sur scène.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s