25 anecdotes inédites pour 25 ans d’Astropolis !

Pour fêter les 25 ans du festival, les organisateurs d’Astropolis ont retracé pour nous les 24 dernières éditions avec des anecdotes que vous n’avez probablement jamais entendu.

astro3

1995

Un ami raveur du Nord-Finistère trouve l’endroit parfait : un hameau désert à Ploudiry. 15 jours avant la soirée, une famille débarque sur le lieu pour les vacances : 1 capitaine de sous-marin, sa femme et leurs 3 enfants. Bref, le lieu est mort. 2000 flyers ont déjà été diffusés avec le lieu, action inédite pour l’époque. La soirée aura alors lieu dans une clairière à Kernouès, près de Lesneven dans le Nord Finistère… Nous baptisons la soirée Astropolis « la Cité des Étoiles ». Les plans d’accès seront distribués aux ravers au lieu du premier rendez-vous, là où nous attendait une centaine de gendarmes. Le parfait jeu du chat et de la souris se met en place. Certains trouveront, d’autres pas.

1996

À l’été 96, la répression anti-rave est à son apogée, nous obligeant à nous installer dans le froid parc des expositions de Lorient. La commission de sécurité refusera tous les éléments de décoration, hormis la scène imaginée par Benalo. À cette occasion, Benalo rencontrera Manu le Malin, Laurent Garnier et Eric Morand…. Il leur présenta son travail, en particulier la Dame de fer, qui sera utilisée pour la pochette de Biomechanik.

1997

Première édition au Château de Keriolet, 3500 personnes s’y pressent. Jeff Mills va jouer dans la cour, puis il rejoindra Liza’N’Eliaz dans la crypte (alors que beaucoup de dj’s et people de la techno lui avaient déconseillé, car le public était devenu dingue après 4 heures de mix de Liza). Jeff Mills s’en moque, descend dans la crypte pour un set d’anthologie… Une sélection de disques que l’on ne ré-entendra plus jamais, des prises de risque incroyables, des sons indus’ jusqu’à enlever les feutrines et laisser glisser le diamant directement sur le plateau des platines… Son manager nous avait interdit d’enregistrer le set, mais à la fin il vint nous voir « Vous avez enregistré j’espère ? »… « Bah non ». Il reste juste 10 secondes d’images pourries pour immortaliser le moment…

1997-liza-n-eliaz-40-la-crypte.jpg

1997 – Liza’n’Eliaz dans la crypte

1998

Manu le Malin commence son job de booker-régisseur-sécuman pour la scène hardcore baptisée Mekanik et nous ramène Marc Acardipane, boss de PCP et Lenny Dee, habitués des méga rave type Mayday. Ils joueront sur une scène de 20m2, et de 50 cm de haut…

1999

Elisa do Brasil réalisera son premier set sous ce nom que nous lui avons trouvé pour l’occasion et qu’elle gardera… (elle n’a plus manqué une édition depuis et on fête sa 20e cette année !)

1999 - Animation - Astro 99

1999 – Animation

2000

On a le souvenir de Laurent Garnier et son équipe arrivant au catering assez tard. Plus rien à manger. Arrive alors un ami avec 20 bars, pêchés le matin, qu’il fait cuire au barbecue à la cool… La manageuse de Laurent nous en parlera encore 2 ans après…

2001

Le festival migre à Brest. C’est notre territoire, le lieu où l’on vit, où on a organisé nos premiers concerts. On développe la rave comme un festival : on se souvient du live de Miss Kittin & The Hacker… Caroline Hervé arrivant timide : « Tu crois que ça va prendre en France notre truc electro-pop ?… Hey go !!! »… Ils ont transporté le dancefloor habitué aux rythmes techno, avec un nouveau style : l’electro-clash. Astropolis a sûrement été le premier festival français à les inviter et proposer ce style… Qu’on entendra jusqu’à l’overdose pendant 3 ans…

2002

L’année de l’interdiction, l’année de tous les dangers. Une fête étudiante provoque 5 morts en février, les free parties se développent sur tout le territoire, Le Pen est au second tour, Sarkozy devient ministre de l’intérieur… Dur contexte… Un arrêté d’interdiction est mis en place, que l’on réussira à faire annuler 3 semaines avant l’événement. On réalisera le festival avec 3 bouts de ficelles. Le soutien en France est énorme, Jack Lang s’invitera même au festival.

2003

Astropolis devient un festival et s’étend à travers la ville : Passerelle, place Guérin, le port de Brest, le Vauban. Étant fans de Twin Peaks, c’était un rêve de faire jouer la muse de David Lynch, Julee Cruise dans un Cabaret Vauban aux couleurs rouges de la série, de l’entendre interpréter Falling. Le moment fut immense.

2004

Pour cette 10ème édition anniversaire, Laurent Garnier jouera 12 heures dans la cour, sous un crachin breton, devant un public aux anges. On installera une roue de fête foraine où on retrouvera un couple en pleine bagatelle.

2005

On nous donne l’occasion de faire Underground Resistance : c’est-à-dire les 13 mecs du label sur une scène pour eux toute une nuit, avec Mad Mike supervisant le tout. Faire venir la légende de la techno, ce dont on a toujours rêvé ! Là-dessus, Kraft et Arnaud Frish de Uwe nous disent qu’on peut aussi faire les Bérurier Noir. UR et BN sur un même festival… À 23h00, à cause de l’affluence et de l’ambiance chaotique, le plan rouge se met en place, alors que les BN voulaient arriver sur scène en petit train, après avoir traversé tout le festival : proposition qui sera finalement refusée par le sous-préfet.

Festival ASTROPOLIS - Kamouflage / BERURIERS NOIRS + Elixir

2005 – Nicolas Ollier – Les Bérus

2006

Après une 12ème édition borderline (à la limite de l’émeute) on veut se racheter une conduite, faire plus soft ! On construit une programmation apaisée, l’affiche est une scène bucolique pleine d’humour, exhibant 3 filles et 3 garçons vêtus de blanc dévorant des fruits avidement. Conçue sous le signe de La Communion et inspirée d’une scène du film DIG. Les réactions sont étonnantes : le journal La Croix nous contacte pour savoir si le festival a des intentions religieuses, d’autres s’étonnent : « Vous avez fait une pub pour des frutos ??? »… Pourtant, c’est l’une des affiches que nous préférons : « Tellement fresh !!! », comme une jolie provocation au rite religieux de l’adolescence.

2007

Une année bizarre, l’année de la 13ème édition… Il s’est mis à pleuvoir juste après l’élection de Nicolas Sarkozy… 3 mois de pluie non-stop… On avait intitulé l’édition « Voodoo », pour conjurer le sort. Certains dans l’équipe étaient un peu superstitieux. Mais cette fois-ci, le 13 nous a porté chance : finalement on a été le premier festival où le soleil est revenu !

2007 - Justice @ Astrofloor - 03h30 5h - 03 08 07 - 325

2007 – Justice à L’Astrofloor

2008

Un nouveau souffle arrivait : les gens (jeunes) débarquaient en fringues fluo, le sourire aux lèvres, hédonistes : ni rock, ni techno… Une nouvelle génération, un public que nous ne connaissions pas, mais c’était frais ! Cette année on invite le crew Ed Banger que nous ne connaissons pas non plus… En milieu de soirée, les gens d’Ed Banger n’avaient plus rien à boire. Ils nous demandent si c’est possible d’avoir des tickets boisson… On est revenu avec un saladier rempli de glace, de bouteilles de champagne et de vodka, que l’on a posé à côté de leurs platines… « C’est pour vous »… Ils ont tout bu…

2009

En 2009, on imagine une édition cosmique pour célébrer l’anniversaire des premiers pas de Neil Hamstrong sur la Lune… L’affiche n’a nécessité qu’une prise de vue. C’est Burger, le chien de Gildas et accessoirement la mascotte du festival, coiffé d’un casque de cosmonaute russe sur la plage des Blancs Sablons, près du Conquet. Et qui deviendra le logo de Sonic Floor.

2010

Le thème du festival est Hippy Freak. On pense à une affiche avec des gens nus. On poste un message sur Facebook, et 2 jolies personnes  se présentent à nous. Les voilà nues dans un champs à poser devant l’équipe… Et les vaches au fond du champs débarquent style « C’est quoi ça ? »… Et  là boum ! Super photo. On a Adam et Ève. Bon, on se dit que c’est peut-être chaud de balancer des gens à poil sur une affiche, d’où l’idée de cacher les parties intimes par des traces de peinture rose, comme si l’affiche était vandalisée… Elle le sera par les cathos intégristes brestois qui collent leurs autocollants « Porno Ras le bol », « Pousse au viol » sur nos affiches. Le buzz est énorme. Toute la presse nationale en parle, de Libération à TF1. Merci les cathos !!!

2011

C’est l’année du dubstep en France. On a booké Goldie, Sigma, Rusko. Le soir de leur passage à Astropolis, Air France surbooke le dernier vol pour Brest. Les gars sont tous bloqués à Paris. Toute la scène Hip 2 Drum, la plus attendue d’Astropolis risque d’être annulée… Elisa mixera 5 heures, en les attendant.  On imagine tous les systèmes : un Parisien se propose de les convoyer en voiture en 3h… 600 km en 3h, c’est chaud !!! Nous avons dû booker un avion privé en pleine nuit, qui décollera du Bourget… Les artistes sont finalement arrivés à 6h du matin sur le site de Keroual alors qu’Elisa jouait depuis 1h du matin… La mission avait été accomplie. Les artistes étaient à Astropolis et il leur restait 2h30 pour se partager les platines et rendre leur public heureux.

2012

Affamés au petit matin, après leur set, Seth Troxler et Green Velvet vont se retrouver au marché (plutôt chic) de Brest pour y déguster un poulet grillé. Contraste saisissant.

2012 - Astrofloor - Keroual - GildasRaffenel

2012 – Astrofloor – Gildas Raffenel

2013

Les Digitalism nous plantent en prétextant qu’il y a du brouillard et que leur jet ne peut pas atterrir, mais bizarrement il fait super beau sur Brest. Les Kap Bambino feront le travail et exploseront le dancefloor… Caroline sortira de scène trempée. Tremblante.

2014

Le groupe référence LFO donnera un de ses derniers concerts lors des 20 ans du festival. Concert étonnant, avec un visuel hors du commun. Pour beaucoup, LE show de cette 20ème édition. Triste nouvelle, Mark Bell décède en octobre 2014.

2015

En préparation du documentaire « Sous le donjon de Manu le Malin », Manu donne un concert à l’arrache sur le port de commerce de Brest. Il arrive, joue 40 minutes et repart en voiture. Rapide mais intense.

Lien de la vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=xxIyccM6RI0

2016

Édition catastrophe… Au démarrage de la nuit à Keroual, il se met à pleuvoir des seaux d’eau et ça ne s’arrêtera qu’à la fermeture des portes le matin. Certains la rebaptisent déjà ‘Gastropolis’. C’est dur, il ne nous arrive que des galères côté technique et production. Par contre, et à notre plus grande surprise, côté public c’est l’éclate totale. Cette pluie semble les exciter comme des gamins (en même temps pluie + lazers = paillettes), ça jump sur toutes les scènes, on n’a jamais vu Mekanik aussi remplie et le matin, des scènes improbables de batailles et de concours de roulage dans la boue, avec de vaillants festivalier.e.s maquillé.e.s comme des indien.ne.s. De quoi nous redonner le sourire !

2016 - Apocalypse - Mathieu Le Gall

2016 – Apocalypse – Mathieu Le Gall

2017

De nombreux artistes transitent par l’aéroport de Charles De Gaulle en début de soirée : Veronica Vasicka, Jeff Mills, Mr G, Karenn et Mindustries. Pas de chance, alerte attentat dans l’aéroport, tout le monde doit l’évacuer et impossible d’y retourner pendant plusieurs heures. Nos artistes sont bloqué.e.s sur le trottoir. Veronica n’hésite pas une minute et prend l’initiative de rejoindre Montparnasse pour choper un train, on remue ciel et terre pour trouver un trajet en voiture pour Mindustries (ça se soldera par une grosse facture de taxi…) mais il reste encore les 2 légendes Jeff Mills & Mr G à faire venir. Ils arrivent finalement in extremis à monter dans le dernier vol du soir pour Brest pendant qu’on flippe dans notre bureau de production à croiser les doigts pour ne pas annuler un tiers des artistes de la soirée. On s’en sort plutôt bien, seuls Karenn n’auront pu nous rejoindre, leurs machines étant restées bloquées à l’aéroport.

2018

C’est l’année du changement à Keroual, on décide de repenser tout le site pour perdre notre public (qui commençait enfin à situer les différents espaces…). On déménage la scène principale Astrofloor, on élargit la scène hardcore Mekanik, on aménage des nouvelles zones de chill dans le bois, une nouvelle scène un peu planquée sous les arbres fait son apparition avec le Red Bull Music Boom Bus. On a un peu peur, c’est un gros changement et on se demande comment le public va le recevoir. Finalement, pari réussi et on garde ce plan !

2018 - Chill out - Ftne

2018 – Chill out

2019

25 ans… On réalise un rêve, inviter X-102 (Jeff Mills & Mike Banks), les racines d’Astropolis, le truc qui nous a fait tomber dedans. C’est super émouvant pour nous de recevoir ce live qui a été si rare et qu’on avait eu la chance de voir en 2008 à Sónar, une date restée dans l’histoire. Aujourd’hui ça se passe chez nous, c’est une première en France et on est super excités. On avait envie de marquer le coup pour l’annonce, on a créé un site mystérieux que Jeff Mills a relayé : juste un compte à rebours annonçant qu’il allait dévoiler quelque chose et le nom des lunes de Saturne (le projet X-102 étant un projet basé sur les connaissances de la NASA sur Saturne). Le jour de l’annonce c’était zinzin, tout le monde a partagé l’info et on avait jamais eu autant de retours. Aujourd’hui le compte à rebours indique le temps qui nous sépare de leur live qui va nous envoyer sur Saturne et Jeff continue de le partager. Il est super investi sur la date, on prépare ensemble la scénographie depuis le début, le plan change régulièrement… Il a envie que le show soit parfait et ça nous touche beaucoup.  RDV samedi : Teaser ici.

Un grand merci à l’équipe du festival pour toutes ces anecdotes !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s