Découverte : After Carrel, ce groupe parisien né en after !

On est contents de vous parler aujourd’hui d’un groupe qui a déjà parcouru un petit bout de chemin ! After Carrel a sorti en septembre dernier son 1er EP intitulé Acid Trip. Et une chose est sûre, on a connu pire comme voyage sous acid !

59657556_361291394513284_5950444414265458688_n

C’était début 2017. Trois mecs qui ne se connaissent, ni de tête ni des dents, ont un pote en commun qui « organise une soirée ». Ils se retrouvent alors chez William pour une session jam au milieu de ses machines, à parler musique. Et là le courant passe comme Claude François dans sa… (ok stop). Ils sortent dans un club, dansent comme des petits fous jusqu’à à la fermeture. En sortant, il y a plein de monde dehors et William crie un peu trop fort « After chez moi ! ». A l’origine, c’était destiné au petit groupe de 4. Sauf qu’une fois arrivés devant la porte de son immeuble, ils se retournent et une vingtaine de personnes se trouvent là, prêtes à en découdre. Pas difficile à convaincre : « Vous allez où? » et ils répondent « Ba on va à l’after ! ». William dit, « Allez OK c’est parti, gros after chez moi ! ».

Ils se sont donc tous retrouvés dans l’appart de William à 8h du matin. Naturellement, ils se mettent à improviser avec les synthés et ça prend tout de suite : tout le monde s’est mis à danser et l’appart s’est transformé en club d’After. « On a joué jusqu’à 11h. L’after s’est terminé vers 12h. Après cette soirée-nuit-matinée, on s’est dits qu’on devait remettre ça ». Du coup, le groupe a commencé à jammer de plus en plus ensemble, puis à structurer le tout et devenir ce que vous entendez aujourd’hui : After Carrel. Formé le soir d’un After, précisément dans la rue Armand Carrel. C’est d’une logique implacable !

Actuellement, le groupe est concentré sur la composition et la création de contenus visuels. Il travaille sur un nouveau format de vidéo où il va poster régulièrement un morceau créé en une journée en studio ! Audacieux !

Leur première grosse date, c’était le 11 octobre dernier au Graux festival, en pleine campagne belge (merci les potes de Kmagra) ! Là pas le choix. Il a fallu peaufiné direct le live et les visuels. Défi réussi haut la main. Des lives seront d’ailleurs à venir très prochainement. Niveau référence du groupe, ils citent les intros de Pink Floyd (« on rentre subtilement dans le morceau et ça crée une ambiance intéressante pour la suite » dixit William). Côté musique électronique, leur regard se tourne plutôt du côté de Rone, notamment sur les textures et la superposition des éléments mélodiques. « Au départ, on a suivi de très près les sorties sur les label Ilian Tape, CPU et Bedouin Records ! »

Pour suivre leur actualité : lien ici 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s